Dialogues avec la Terre

Une trilogie documentaire en Nouvelle-Aquitaine
Environnement - Santé - Patrimoine
  • Pictures 1557641685

Le projet

Le territoire de tournage

Le territoire choisi est celui de la Nouvelle-Aquitaine, plus grande région de France, dont la superficie avoisine les 84000 km² (ce qui équivaut à celle de la République fédérale d'Autriche). Composée des 3 anciennes régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, elle comprend pas moins de 12 départements.

Du pont de pierre qui franchit la Garonne à Bordeaux aux ruines de la forteresse médiévale de Ventadour en Haute-Corrèze, des tours du vieux-port de La Rochelle au fort du Portalet à la frontière espagnole, la région Nouvelle-Aquitaine est riche d’un patrimoine extrêmement varié.

Les célèbres châteaux de la vallée de la Dordogne, les bastides du Sud-Ouest, le canal latéral à la Garonne, le verrou de l’estuaire de la Gironde et le phare de Cordouan – « Versailles des Mers » –, les églises et chapelles romanes qui accompagnent le voyageur sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle traversant la région de part en part et convergeant au Pays Basque, mais aussi les sites préhistoriques et les stèles rendant hommage aux héros de la Résistance, sont autant de marques d’une région dans laquelle le patrimoine fait partie de la vie quotidienne.

La Nouvelle-Aquitaine est aussi d’une extraordinaire variété de paysages patrimoniaux, comme l’attestent les parcs naturels régionaux du Marais poitevin au nord-ouest, en Charente-Maritime et Deux-Sèvres, à la limite avec la Vendée, celui de Millevaches en Limousin à l’est, à cheval sur la Creuse, la Haute-Vienne et la Haute-Corrèze, celui du Périgord-Limousin à cheval sur la Dordogne et la Haute-Vienne, celui des Landes de Gascogne, à cheval sur les Landes et la Gironde au sud de Bordeaux, celui du Médoc le long de l'estuaire de la Gironde et de la Côte d'Argent, et ceux, en cours de concertation, dans la Gâtine Poitevine, les marais littoraux de Charente-Maritime ou encore dans la Montagne Basque… Non loin de là, les vallées d’Aspe et d’Ossau, dans le Béarn, accueillent la partie occidentale du Parc National des Pyrénées et une partie de sa zone coeur.

La région est traversée par des rivières et des fleuves mythiques : le Dordogne, en provenance du Massif central, et le Lot, se jettent dans la Garonne. Le fleuve Charente passe dans 4 départements de la région avant de se jeter dans les Pertuis charentais entre les îles de Ré et d’Oléron. La Vienne naît quant à elle en Corrèze, traverse la Haute-Vienne, suit son cours dans le département auquel elle a donné son nom et y est rejointe par la Creuse, en direction de la Loire. L’Adour se jette dans le Golfe de Gascogne, lequel est aussi creusé par un gouf géant au départ de Capbreton, au sud des Landes...

La Nouvelle-Aquitaine dispose d’ailleurs d’une impressionnante façade maritime, avec quasiment un millier de kilomètres de côtes, lesquelles sont intimement liées aux eaux territoriales françaises longeant ce littoral sud atlantique. Deux parcs naturels marins ont été créés : celui du Bassin d’Arcachon, dominé par la dune du Pilat qui surplombe le banc d’Arguin, et celui de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis charentais.

La Nouvelle-Aquitaine comprend un nombre impressionnant de milieux agricoles et naturels : des plaines céréalières du Poitou, de la vallée de la Garonne ou des immenses champs landais consacrés à la maïsiculture, les vignobles du bordelais, du cognaçais ou du bergeracois, la plus grande forêt cultivée d’Europe dans les Landes, le massif des Monédières, les tourbières du plateau de Millevaches, le bocage des Deux-Sèvres… Entre roches granitiques et calcaires, entre plaines céréalières et zones d’élevage, entre moyenne et haute montagne, entre îles et littoral, entre une métropole en plein essor et des villages dépeuplés, la Nouvelle-Aquitaine fait figure de véritable laboratoire géologique, géographique, démographique et sociologique. Cette diversité implique une diversité de problématiques environnementales, à entendre au sens large. Elle est donc une terre de tournage idéale pour aborder concrètement la question de l’avenir du pays, de l’Europe, mais aussi, plus largement, de l’humanité.

 


Les thématiques du film

Le film documentaire prendra la forme d’une trilogie (3 documentaires de chacun 1 heure environ) abordant des thématiques à la fois larges et transversales, et qui se rejoignent souvent, thématiques de prédilection déjà travaillées par le réalisateur dans d’autres cadres : l’environnement, la santé, et le patrimoine. Ces trois thèmes ont pour point commun le bien commun que représente la terre comme substrat à la vie humaine dans toutes ses dimensions, et plus généralement à la vie sur Terre.

 

Environnement

En Nouvelle-Aquitaine comme dans les autres régions de France, une multitude de problématiques environnementales surgit. Mais le fait que la région soit très vaste amplifie la présence de ces problèmes.

L’aménagement du territoire est mû par une volonté de fort développement démographique et économique de la métropole bordelaise, capitale régionale, phénomène accentué par son statut patrimonial et viticole, et par sa proximité avec la côte atlantique très touristique.

L’association La Pagaie Sauvage, qui prélève des échantillons dans les eaux de surface afin de quantifier la présence de micro-plastiques, a mis en place des expéditions en canoë sur la Garonne et sur l’Adour.

 

Pour en savoir plus, visitez le site du réalisateur: https://jcmathias.wixsite.com/auteur/dialoguesaveclaterre

 

Santé

La question de la présence médicale dans les zones rurales se pose également en Nouvelle-Aquitaine, ainsi que celle du rôle des médecins dans les problématiques sociétales.

Ainsi, pour les agriculteurs et les riverains des cultures exposés aux produits chimiques, le corps médical est le premier interlocuteur. Que ce soit dans les zones viticoles, dans les zones de vergers ou dans les plaines céréalières, l’utilisation des produits phytosanitaires a des conséquences palpables sur la santé des personnes. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’association nationale PhytoVictimes a son siège en Charente, et si l’Alerte des Médecins sur les Pesticides est basée à Limoges.

 

Pour en savoir plus, visitez le site du réalisateur: https://jcmathias.wixsite.com/auteur/dialoguesaveclaterre

 

Patrimoine

Que ce soit le patrimoine mondial de l’humanité inscrit sur la liste de l’UNESCO ou le petit patrimoine rural, d’architecture traditionnelle ou de création contemporaine, la Nouvelle-Aquitaine grouille de points chauds où peuvent être mis en danger tant l’esthétique que la portée symbolique de ces éléments qui font le lien entre les générations.

Terre de patrimoine naturel et culturel par excellence, la Nouvelle-Aquitaine est, dans toute sa diversité, une véritable mine à ciel ouvert tant par ses richesses que par ses fragilités.

 

Pour en savoir plus, visitez le site du réalisateur: https://jcmathias.wixsite.com/auteur/dialoguesaveclaterre


Les entretiens

Les interviews réalisées sont relativement longues (en moyenne 2 heures), afin de prendre le temps nécessaire à l’écoute des motivations profondes des personnes interrogées, et d’offrir à leur propos une sérénité qui manque souvent dans notre société de la communication.

Le projet de documentaire, s’il porte sur les questions environnementales et de patrimoine naturel et culturel, s’intéresse à la santé humaine dans toutes ses dimensions (corporelle et psychique)… Mais il est également un lieu de rencontre et un lien entre des personnes et des structures qui ne sont pas habituées à se parler. Le film se veut ainsi un pont entre les différentes professions, les différentes cultures, les différentes convictions, les différentes personnalités. La protection de la planète Terre implique, pour que chacun se sente concerné, que chacun soit écouté. Dialoguer avec la Terre implique de faire dialoguer entre eux les hommes des différentes terres...

Ces entretiens font, pour la plupart, l’objet d’une publication sous forme d’extrait brut, afin de constituer un fonds documentaire complémentaire au film. En effet, les passages publiés ne seront pas nécessairement ceux qui seront repris dans le documentaire finalisé, mais ils constitueront des prolongements accessibles au public qui sera intéressé pour avoir des informations détaillées sur tel ou tel sujet, par tel ou tel intervenant. Ces extraits publiés constituent donc à la fois une ressource en aval du film, et en amont une fois que le projet sera finalisé.

Certains entretiens resteront toutefois inédits jusqu’à la sortie du film.

Pour en savoir plus, visitez le site du réalisateur: https://jcmathias.wixsite.com/auteur/dialoguesaveclaterre


Les prises de vue

C’est la part à proprement parler artistique du projet : auteur-photographe, le réalisateur doit partir à la recherche des meilleurs endroits, aux meilleurs moments. Un parcours de longue haleine qui exige un temps précieux de repérage, des conditions météorologiques favorables, mais aussi d’être à l’écoute des gens du pays pour découvrir ses petits coins secrets. L’objectif est d’offrir au spectateur une vision nouvelle de la Nouvelle-Aquitaine...


Où en est le projet ?

Environ 40 entretiens ont déjà été réalisés, principalement sur Bordeaux et autour (bassin d’Arcachon, Entre-deux-Mers, Landes de Gascogne…), dans les deux anciennes capitales régionales Poitiers et Limoges, mais aussi dans les Charentes, entre autres à Angoulême et à La Rochelle. Cela représente environ un tiers du travail de recueil de témoignages en termes de nombre, mais bien moins en termes de déplacements puisque l’essentiel se trouve désormais dans les départements périphériques de la région, zones les plus éloignées du centre, ce qui implique naturellement plus de déplacements et des besoins d’hébergement.

De nouveaux entretiens sont prévus prochainement en Dordogne, dans les Landes et dans les Pyrénées-Atlantiques.

Viendront ensuite des entretiens dans les Deux-Sèvres, en Creuse, en Corrèze et dans le Lot-et-Garonne.

L’objectif est de couvrir les 12 départements de la région de la manière la plus équilibrée possible, tant en termes de recueil de témoignages que de prises de vues.

Le porteur de projet

Le réalisateur

La Nouvelle-Aquitaine est le territoire de coeur du réalisateur, puisque celui-ci est né et vit en Charente, en plein centre de cette région, et qu’il a aussi vécu durant plusieurs années en Corrèze et en Gironde. Il connaît bien ce territoire pour avoir déjà travaillé sur différents projets en Charente, en Corrèze, en Gironde, dans les Landes et le Lot-et-Garonne. Parallèlement au tournage du film, il réalise actuellement un guide de randonnée pédestre sur la Charente-Maritime.

Ayant passé un baccalauréat littéraire au lycée de Confolens (Charente limousine), il a ensuite été diplômé en philosophie à l’université de Bordeaux. Après avoir publié plusieurs essais sur la philosophie de la nature, le droit et les politiques de l’environnement aux éditions du Sang de la Terre (Paris), il a réalisé un premier film documentaire, en collaboration avec son frère Frédéric Mathias : tourné en Gironde et dans le Lot-et-Garonne, « Alerte rouge sur la tulipe » évoque la disparition de la biodiversité et des terres agricoles, interroge la viticulture et l’arboriculture conventionnelles et biologiques, le traitement des déchets urbains, le rôle du lanceur d’alerte, de la loi de la République, de la Constitution et de la Justice. Le projet « Dialogues avec la Terre » est à la fois une suite logique et un aboutissement de ces différents travaux antérieurs.

Site Internet: https://jcmathias.wixsite.com/auteur

À quoi servira votre financement ?

La Nouvelle-Aquitaine étant très vaste, tourner dans les 12 départements implique des déplacements importants, tant pour continuer à mener les entretiens que pour réaliser les prises de vues nécessitées par le projet.

Les dons serviront donc principalement au transport (train, bus, location de véhicule et carburant) et à l’hébergement lorsque celui-ci s’avérera nécessaire (il faut compter en moyenne 1000 euros pour 5 à 15 journées de tournage par département - entretiens et prises de vue -, en fonction de l'éloignement et des possibilités de transport et d'hébergement sur le terrain, des conditions d'accès, de la météo, etc...). 

Des déplacements en Ile-de-France pourront également s’avérer nécessaires pour mener des entretiens avec certaines personnalités régionales ayant des responsabilités nationales (élus, dirigeants associatifs, journalistes, etc...).

Une partie des fonds recueillis servira aux nécessités techniques du tournage et du montage vidéo (à titre d'exemple, le premier disque dur destiné à conserver les témoignages est déjà plein; il est nécessaire d'investir dans plusieurs autres disques externes pour conserver les rushes, en faire des copies par sécurité, puis pour graver le film). 

Pourquoi nous choisir?

Un projet de groupe mené par des étudiants en Licence professionnelle "Communication et management des événements" de l'IUT d'Angoulême a permis de mettre en lien le réalisateur avec Terre de Liens Nouvelle-Aquitaine, partenaire de la plateforme J'adopte un Projet. C'est donc naturellement que le réalisateur s'est tourné vers J'adopte un Projet, orienté et soutenu par Terre de Liens. Le territoire de tournage choisi étant celui de la Nouvelle-Aquitaine, il entre en parfaite adéquation avec J'adopte un Projet, tant pour sa relation au territoire que par l'esprit commun qui anime ce réseau de financement participatif et les valeurs portées par Terre de Liens.

 

 

Comment contribuer à ce projet?


La contribution minimale est fixée à 10 euros en raison des frais d'opérations bancaires (les personnes souhaitant faire un don inférieur à 10 euros peuvent s'associer à d'autres pour atteindre ce montant plancher); les dons supérieurs à 500 euros sont soumis à un contrôle (justifications d'identité et de domicile). 

Pour faire un don, créez votre compte sur jadopteunprojet.com en vous aidant des indications suivantes: