La Ferme de l’âne arrosé

Ce projet agricole, notre projet de vie : créer une petite ferme maraîchère bio en Deux-Sèvres.
  • le jardin1
  • le jardin2
  • le jardin3
  • Legumes
  • Les courges

Le projet

La ferme de l’âne arrosé c’est une histoire qui commence. C’est l’histoire d’Amandine et Martial, la nôtre. Nous nous sommes rencontrés sur les bancs de la fac il y a bientôt 7 ans et depuis nous partageons une passion commune, celle de l’agriculture. Après des années de recherche, d’expériences et d’imagination, nous assistons enfin au lancement de notre projet. Ce projet agricole, notre projet de vie : créer une petite ferme maraîchère bio en Deux-Sèvres.

Notre ferme, notre projet

Notre idée est de débuter une activité agricole en maraîchage biologique, en somme de produire de bons légumes.

Mais pas que ! Nous nous orientons vers une agriculture paysanne, en harmonie avec son environnement, qui respecte à la fois ses travailleurs et ses consommateurs. Nous voulons que cette activité soit créatrice de liens sociaux, qu’elle puisse rassembler autour de réelles valeurs que sont le rapport à la nature, le respect du vivant, le vivre-ensemble et l’amour de la terre. Plus concrètement, nous souhaitons nous installer sur une petite ferme. Certains y verront l’influence des jardiniers-maraîchers. Nous souhaitons développer des techniques agricoles qui réduisent au maximum le travail du sol, là encore les plus connaisseurs parleront de permaculture.

parcelle_lane-arroséNous, nous parlons (enfin pas que parler !) de réduction des énergies fossiles (ni tracteur ni motoculteur, mais utilisation d'un âne en traction animale, pas de plastique au sol...). Nous parlons de préservation de la biodiversité (nous n'utilisons pas de variétés hybrides, pas d'ogm, et privilégions les variétés anciennes). Nous parlons de conservation de notre patrimoine culturel local (notre âne est un baudet du Poitou, nous élèverons des poules Marans, nous cultivons quelques variétés de légumes poitevins). Nous parlons d’échanges humains (porte ouverte à la ferme pour chaque saison, vente à la ferme, de paniers). Nous parlons de cultiver des produits sains (en utilisant des préparations de plantes, en semant des fleurs pour attirer les bons insectes). Enfin, et c'est ce qui résume le projet nous parlons d'autonomie (par exemple par la production de tout nos plants potagers, pas d’achat de pétrole, pas d’intermédiaire commerciaux).

Nous voulons créer, avec votre aide, un projet agricole qui nous ressemble, qui correspond à nos valeurs et à celles de beaucoup d’autres, tout en restant économiquement viable. 

ResizedImage16549 Sur le web

https://www.facebook.com/lafermedelanearrose?fref=ts

Le porteur de projet

Notre cheminement personnel pour arriver à la ferme de l’âne arrosé

Martial et AmandineMartial

"Je suis originaire de Basse-Normandie et j’ai toujours vécu dans la campagne. C’est surement ces années de vie rurale qui ont fait naître mon intérêt pour la nature. A la recherche d’une voie pouvant concilier mon intérêt pour l’environnement, mon désir de liberté et de travail au grand air je me suis orienté vers l’agriculture il y a maintenant une dizaine d’années. J’ai pu travailler très tôt dans diverses fermes maraîchères biologiques mais ce sont surtout mes études dans l’agriculture, mes voyages à l’étranger et ma rencontre avec Amandine qui m’ont permis d’imaginer une agriculture qui nous ressemble : écologique, viable et agréable au quotidien. Cette passion pour l’agriculture va bien au-delà de la pratique. En effet, mes études mon amenées à réaliser une thèse de doctorat sur la diversité des pratiques en maraîchage biologique. Ainsi je vois aussi notre jardin-maraîcher comme un outil devant toujours chercher à préserver d’avantage l’environnement mais aussi comme moyen de produire des références pouvant aider d’autres agriculteurs."

Amandine

"J’ai 25 ans et comme on dit ici je suis une enfant du pays ! Je suis issue du milieu agricole par mon père paysan, éleveur de vaches et producteur de fruits. Pourtant rien ne présageait que je revienne un jour m’installer dans ce même coin. En effet, mon bac en poche je suis partie faire des études, j’ai rencontré Martial et ensemble nous avons bougé dans pas mal d’endroits en France. A la fin de mes études universitaires, je me suis posée beaucoup de questions sur mon devenir, consciente de mon attachement au milieu rural. C’est donc après quelques voyages, rencontres et temps de réflexion que je me suis dirigé vers le monde agricole. Je me suis formé chez plusieurs maraîchers bio et j’ai repris une formation afin d’obtenir un BPREA (Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole). Murie de ces différentes expériences et plus motivée que jamais, je souhaite à présent mettre les mains à la terre, renouer avec mes racines. Être paysanne, ici, dans ce village, comme l’ont été mon père, mes grands-parents et mes arrières grands-parents avant moi."

À quoi servira votre financement ?

Comment vos dons vont-ils nous donner de l’élan ?

Pour notre installation nous autofinançons une partie de nos investissements (serre, irrigation, éolienne…).

N’ayant pas assez de ressource nous faisons aussi appel à un prêt auprès d’une association (ADIE) et à des aides publiques. Malheureusement, ces différentes ressources ne suffisent toujours pas et c’est pourquoi nous avons besoin de votre aide.

Nous produisons déjà des légumes mais nous faisons tout à la main, ce qui ne nous permet pas de dégager un revenu. Alors pour développer au plus vite notre activité nous avons prioritairement besoin :

  • D’un animal de traction (transport des légumes, travail du sol quand c’est nécessaire…). Nous avons déjà trouvé l’animal, un âne, Baudet du Poitou, du nom de Ventrachou du Parc dit " chouchou ". C’est une race d’âne originaire de notre région qui avait presque disparue il y a quelques décennies. Il sait déjà travailler dans le maraichage, car il a été dressé par l’asinerie de Dampierre Sur Boutonne en Charentes Maritime. Il coute 2500€ mais nous en finançons une partie, 1250€, nous vous demandons donc 1250€ pour nous aider à le payer.

  • Nous avons déjà des outils anciens pour le travail du sol mais pour pouvoir les utiliser avec Ventrachou il nous faut un harnachement. L’harnachement, c’est toutes les pièces en cuir et le collier qui permettront d’attacher Ventrachou à nos outils ! Tout ce matériel vaut environ 1000€.

  • Pour que Ventreachou soit bien à l’aise dans notre champ, il faut lui construire un abri pour qu’il reste au chaud et au sec. Alors on prévoit 600€ pour lui fabriquer un abri en bois, juste à côté de nos légumes.

  • Enfin, pour soutenir l’association qui permet à cette plateforme d’exister 5% des dons que vous pouvez nous faire lui sont réservé. Donc si nous arrivons à 3000€ l’association aura 150€.

Il arrive parfois que la générosité soit grande et que le palier des 3000€ soit dépassé. Si tel est le cas nous souhaitons construire un Bucher. C’est un outil de traction animale moderne qui a été inventé en Suisse dans les années 1950. Avec le concours de l’Atelier Paysan et d’Hippotèse nous aimerions auto-construire cet outil fabuleux. Cela nous reviendra à environ 1000€

 ResizedImage16549 Sur le web

https://www.facebook.com/lafermedelanearrose?fref=ts

Les contreparties

Parce que vos dons méritent plus qu’un merci

Vos dons sont libres et pour chaque seuil atteint nous vous proposons :

  • 10€, une carte postale de Ventrachou dédicacée
  • 25€, une balade à dos d’âne (pour les enfants) ou un sachet de graines de fleurs/aromatiques
  • 50€, 2 paniers découverte à retirer dans la saison ou un assortiment de conserves maison
  • 75€, 2 paniers découvertes, avec une balade à dos d’âne (pour les enfants) et une carte postale de Ventrachou (limité à 8 exemplaires) ou un assortiment de conserves maison et une carte postale de Ventrachou
  • 100€, une journée à la ferme avec visite, repas tiré du champ et une balade à dos d’âne (pour les enfants)
  • 200€, une initiation à la traction animale en maraichage biologique pendant un weekend à la ferme